Accueil > Nouvelles à chute... > Devinez la chute du Don maudit , par Maëva

Devinez la chute du Don maudit , par Maëva

dimanche 14 novembre 2010, par M. Gillmann

Les élèves de 3ème C ont rédigé des nouvelles à chute. Elles sont publiées sur le site, sans la fin : à vous, chers lecteurs, de la deviner et de la poster en cliquant sur "Répondre à cet article". Les chutes originales seront publiées dans trois semaines.

Un jour, la jeune Léna , qui avait 15 ans, et qui vivait avec sa tante à Rouen, était une victime de la peur des sorcières car sa tante était une lointaine descendante des sorcières de Salem.

Léna vivait avec sa tante depuis le décès de sa mère qui était morte à sa naissance. Elle était d’une beauté et d’une gentillesse extrêmes. Mais malgré tout ça, elle n’avait pas d’amis et tous les voisins la craignaient.

En effet, elle n’était pas une sorcière, mais elle avait le même don que sa tante, elle pouvait guérir des gens, en posant simplement ses mains sur les parties douloureuses. Elle avait déjà à plusieurs reprises soigné sa tante elle-même, ou divers animaux blessés.

Un soir, sa tante attendait qu’elle rentre de l’école. Elle s’apprêtait à sortir pour partir à la recherche de sa nièce, lorsqu’elle trouva sous la porte une lettre anonyme. Elle put lire : « Je connais le don de votre nièce. Si vous tentez de la retrouver, vous ne la reverrez jamais. Soyez patiente... » La tante fut paniquée, mais dut se résigner à rester à demeure.

Léna n’avait pas du tout été enlevée. Elle avait écrit la lettre, pour que sa tante la laisse seule. Elle était partie en forêt, pour parler à l’esprit de sa mère. Elle lui demanda : « Puis-je rendre le don que j’ai reçu ?
- Pourquoi veux-tu le rendre ?, répondit l’esprit.
- Il me cause beaucoup de problèmes. Personne ne veut m’approcher... J’en ai marre, il faut que je le rende.
- Bon, donne-moi tes mains. Es-tu sûre de ne plus vouloir le posséder ?
- J’en suis sûre. »
Alors une lumière éclatante émana de l’esprit. La vue de Léna se brouilla et elle tomba dans les pommes.

Deux jours plus tard, Léna se réveilla dans sa chambre. Sa tante était à côté d’elle. Elle l’avait retrouvée étendue par terre.
Elle lui demanda : « Alors, comment te sens-tu ?
- Un peu fatiguée. Mais ça va. Je suis désolée pour la lettre. Je voulais rester seule. Et puis... J’ai rendu mes pouvoirs.
- De quelle lettre me parles-tu ? Et de quels pouvoirs ?, lui demanda sa tante, surprise.
- Mais...La lettre, sous la porte.... »

Sa tante lui fit alors signe de se taire...

Pour connaître la chute, cliquez ici...

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.