Collège Georges Politzer Évreux

Accueil > Nouvelles à chute... > Devinez la chute d’ Un espoir , par Alex

Devinez la chute d’ Un espoir , par Alex

dimanche 14 novembre 2010, par M. Gillmann

Les élèves de 3ème C ont rédigé des nouvelles à chute. Elles sont publiées sur le site, sans la fin : à vous, chers lecteurs, de la deviner et de la poster en cliquant sur "Répondre à cet article". Les chutes originales seront publiées dans trois semaines.

Le ciel était noir comme du bois brûlé par les flammes. Tous les matins, je me levais : j’étais comme tous ceux qui avaient survécu et persistaient à vivre tels des ombres dans un monde de cauchemars. Je pris le casque que les autorités avaient distribué à tous et quittai la pièce de survie.

Ce n’était ni des nuages, ni de la pluie qui obscurcissaient le ciel, mais des fumées toxiques que les volcans crachaient. Je passais devant d’énormes machines, qui diffusaient des micro-organismes afin de réduire le taux de carbone dans l’air. La végétation disparaissait, détruite.

La ville où je vis est la cinquième ville encore en place, mais pour peu de temps.

Le ciel était noir, désespérément noir, la terre, une boule géante et fumante. Les rares oiseaux qui passaient par là s’épuisaient très vite. La poussière imprégnait nos vêtements qui ne nous protégeaient plus, notre peau souffrait et cela durait depuis plusieurs trimestres. Les saisons avaient disparu, les thermomètres avaient fondu. La chaleur et la suie étaient nos principaux ennemis.

Un matin, je fus réveillé très tôt par une vive lumière. J’avais bondi hors de mon lit sans même prendre mon casque et avais couru sur les chemins brûlés, oubliant mes pieds douloureux. J’avais grimpé la falaise de la mort, tellement escarpée et dangereuse que les citadins l’appelaient ainsi, et arrivé tout en haut, j’avais admiré le spectacle, magnifique : une boule brillante, telle un ballon volant, se détachait, impeccable, sur le ciel sombre. Elle me réchauffa, me remplit de bonheur. Une boule brillante comme le soleil, on n’en voyait plus ! Le calvaire était terminé ! C’était le signe que tout ce carbone allait enfin disparaître, et que nos machines assainiraient très rapidement l’air...

Pour connaître la chute, cliquez ici...

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.